Aujourd’hui, je voudrais vous parler d’un autre aspect du running – ou même du sport en général – que j’ai découvert il n’y a pas si longtemps, et qui a pourtant une véritable importance: trouver l’équilibre parfait entre la performance et le plaisir. Car, oui, quand on court, on veut souvent aller plus vite, ou plus loin, ou devenir plus technique… Peu importe l’objectif que l’on a en fait, mais on profite moins du moment présent et l’effort sportif que l’on fournit si l’on met la barre trop haute trop tôt.

Running

L’été dernier, je me suis blessée et j’ai eu pas mal de difficultés à gérer cette situation (j’y reviendrai sans doute dans un autre article). Toujours est-il que ma tendinite m’a forcée à regarder les choses en face, et à admettre qu’il est difficile de demander à son corps de courir d’un coup 100 kilomètres par mois, surtout si en plus on décide d’améliorer sa vitesse à chaque sortie… Je crois qu’au final, mon genou a parlé pour mon corps tout entier, il a dit « stop » de manière un peu brutale certes, mais au moins ma tête a fini par l’écouter ! Je suppose que la première blessure est un passage fréquent dans la course à pied. On fait tous un peu les mêmes erreurs au début, mais je crois que c’était finalement une « bonne » étape pour moi, parce que cela m’a permis de comprendre que j’aimais courir, et que je devais donc tout faire pour que ma pratique soit efficace, mais surtout agréable.

Après quelques semaines d’arrêt, un passage chez le podologue, une paire de semelles, et surtout beaucoup de patience, j’ai donc pu courir à nouveau. Mais cette pause m’a donné le temps de réfléchir, et de comprendre que ma tête veut aller beaucoup plus vite que mon corps. En pratique, c’est un peu comme si ma tête voulait absolument se lancer dans un marathon, alors que mon corps, lui, n’était d’attaque que pour un semi ! C’est une belle différence, et pourtant je l’avais complétement négligée au départ. Je me suis toujours dit qu’avec la volonté, on peut arriver à tout. C’est plutôt vrai dans la plupart des domaines, et même en sport, sauf que c’est aussi une grosse prise de risque ! Mieux vaut écouter davantage son corps pour obtenir une condition physique durable, fiable, et surtout beaucoup plus saine que ce que l’on peut avoir avec du surentraînement…

Running

J’ai toujours envie de franchir les niveaux, d’arriver en haut très vite, et ce peu importe la discipline, mais aujourd’hui, je me dis que – peut-être – si j’arrive en haut trop vite, tout s’écroulera par la suite ! Il vaut sans doute mieux s’attarder un peu à chaque niveau, rendre les bases plus solides et travailler la technique dès le départ. Trouver l’équilibre entre performance et plaisir, c’est là tout le défi que je me suis lancée ! Et c’est là le secret d’une bonne pratique sportive, et je crois aussi, d’une envie plus durable. Car si les efforts sont trop lourds à porter pour notre corps, on finira par baisser les bras devant la difficulté. C’est vraiment dommage de perdre de vue le plaisir qu’il y a à pratiquer. Je cours avant tout pour moi, pour ce que cela m’apporte personnellement. J’ai toujours des objectifs, mais ils sont vraiment personnels car ils ne dépendent que de moi et des performances que je peux fournir.

Aujourd’hui, j’ai trouvé l’équilibre dans ma pratique du running. J’alterne entre deux et trois sorties par semaine. Je continue un certain travail de vitesse en pratiquant le fractionné ou le fartlek, mais je donne aussi une part plus importante aux sorties « libres » durant lesquelles je cours avant tout pour le plaisir et où je profite plus du paysage et de la musique que du retour de mon temps dans mes écouteurs ! Je voulais en parler ici, parce que je crois que c’est vraiment une part importante du running – et du sport en général d’ailleurs. Trouver l’équilibre permet de progresser de manière plus durable et plus juste. C’est la clé de la réussite !

Et vous, vous l’avez trouvé cet équilibre ? Comment faites-vous pour allier votre envie de progresser à vos capacités physiques ? 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités