Il y a quelques semaines, j’ai enfin commandé l’album photo de notre séjour à Venise.
Il était temps car notre voyage date tout de même de septembre dernier, mais j’aime bien prendre mon temps pour trier et retoucher mes photos. En plus, cela permet souvent de profiter d’une vente privée ou d’une promotion directement sur le site de créations photo, donc c’est encore mieux.

Mais, revenons à Venise. Dans cet article, je vais passer en revue les lieux incontournables que nous avons visités, ainsi que notre organisation générale.

IMG_9423
Au bout de Castello

Pour préparer notre voyage, j’ai comme d’habitude investi dans un petit guide incluant un plan de la ville. J’ai opté pour « Venise en quelques jours » de Lonely Planet. Ce guide est découpé par quartiers, ce qui est très pratique pour organiser ses visites. De plus, son petit format lui a permis de nous suivre partout, et sa carte détachable nous a aidés lorsque nous nous aventurions un peu trop loin dans le dédale des ruelles de la ville. Ce que je recherche avant tout dans un guide, c’est un petit format capable de donner beaucoup d’informations d’un simple coup d’œil. En amont du voyage, je peux très bien lire plusieurs ouvrages en plus d’articles de blogs, car j’adore lire et absorber un grand nombre de pages ne m’effraie donc pas du tout. Cependant, pour nous accompagner, je préfère un ouvrage plutôt petit, mais avec beaucoup d’informations néanmoins. C’est un compromis pas toujours évident à trouver, mais je trouve que Lonely Planet réussit plutôt bien cet exercice en règle générale.

Concernant les lieux incontournables à voir à Venise, nous avons fait :
–  le quartier de San Marco avec sa célèbre place ;
– une visite guidée du Palais Ducal (nous avons pris les « Itinéraires Secrets » qui retrace notamment l’histoire de Casanova, et c’était vraiment top) ;
– le Pont des Soupirs, qui est certes vraiment très beau, mais loin d’être le plus romantique des endroits quand on sait ce qu’il renfermait à l’époque (les prisonniers en profitaient pour voir une dernière fois la lumière du jour à travers les espaces lors de leur arrivée en prison 🙂 ;
– le quartier dueRialto, avec son pont bondé à toute heure de la journée et son grand marché ;
– le quartier de Castello, à travers la promenade proposée par le guide Lonely Planet, qui nous a permis de voir l’essentiel du quartier en une après-midi ;
– le quartier de Dorsoduro, avec ses très beaux monuments, dont la Basilica di Santa Maria della Salute, qui est plus que magnifique à observer et photographier ;
– San Giorgio Maggiore, où nous sommes montés au sommet du campanile pour admirer la vue imprenable sur Venise et ses alentours.

IMG_9262
Piazza San Marco

 

IMG_9291
Jardins dans le quartier de San Marco
IMG_9857
Vue depuis le célèbre Pont du Rialto

Notre hôtel était situé dans le quartier de Castello, que nous avons beaucoup apprécié. L’endroit est calme, ce qui est très appréciable pour dormir, mais géographiquement c’est en fait tout à côté des principaux centres d’intérêt de Venise – 5 minutes à peine de San Marco à pied par exemple.

A mon avis, 3 à 4 jours suffisent pour voir l’essentiel de la ville et s’imprégner de son ambiance si particulière. Cependant, si vous pouvez y prévoir 1 ou 2 jours supplémentaires (selon le rythme que vous voulez adopter), cela vous permettra de visiter également ses alentours comme les îles de Murano, Torcello et Burano. Nous en avons eu l’occasion durant notre séjour, et avons également fait un tour au Lido, où il n’y a en fait pas grand chose à voir excepté la plage. Contre toute attente, c’est l’île de Murano qui m’a le plus charmée, alors que je m’attendais à la trouver trop touristique à mon goût. Torcello, elle, est toute petite, mais très agréable à visiter, et Burano, en revanche, m’a un peu rebutée par son côté « exploitation commerciale » beaucoup trop visible à chaque coin de rue.

IMG_9491
Punta della Dogana (les douaniers s’y postent pour repérer les bateaux en excès de vitesse 😉
IMG_9365
Quartier de Castello, à l’entrée du chantier naval

Mon bilan

Je dirais que la ville tient ses promesses, notamment en termes de charme et d’atypique. J’ai ramené de très belles photos de ce séjour, car je trouve que l’on retrouve dans chacune de mes photographies un peu de ce « je ne sais quoi » qui caractérise Venise. C’est un lieu tellement célèbre qu’il est entouré d’une sorte de magie, d’aura, qui ressort même en photo. L’accès par bateau et cette vision de l’eau perpétuelle fait de Venise un voyage vraiment dépaysant et unique.

Pourtant, un autre côté de cette ville est beaucoup moins magique. On y retrouve aussi le problème d’évacuation des déchets en raison de la situation géographique de Venise, l’accès de gros bateaux de croisière jusque devant la place San Marco, participant ainsi à la destruction progressive de ce lieu mythique. A tout cela s’ajoute le tourisme de masse, les photos de mariage un peu surfaites sur la place San Marco, les gondoles qui voguent à la queue leu leu sans aucune intimité. On sent bien là-bas le « business » du tourisme, et cela implique également beaucoup de lieux à éviter, notamment bars et restaurants, car de simples attrape-touristes et rien d’autre. Cela explique l’atmosphère qui y règne ; il n’y a presque plus de véritables locaux (je parle de personnes qui vivent à Venise toute l’année) car les touristes ont tout envahi. Quand on voit un bateau de croisière déverser son flot de touristes aux alentours de midi à San Marco, on comprend pourquoi les locaux s’en vont. Venise prend parfois des allures de Disneyland, les rues sont étroites et rapidement envahies. Dans ces conditions, il est donc difficile de mener un quotidien « normal » car je pense que même aller boire un verre au café d’en bas est parfois un parcours du combattant pour les locaux. Je comprends donc que les touristes ne soient pas toujours accueillis à bras ouverts dans ces conditions, et ce d’autant plus que tous ne respectent pas cette belle ville.

En tout cas, je m’attendais à trouver du monde à Venise, mais pas autant, et surtout pas fin septembre ; je n’y mettrai honnêtement jamais les pieds en juillet ou en août. Si vous voulez que la ville vous appartienne rien qu’un petit peu, et que vos photos ne soient pas envahies par les touristes au point de ne plus voir le monument que vous voulez photographier (j’exagère, mais pas tant que ça), je vous conseille en tout cas de vous lever tôt, et de vous éloigner de San Marco, qui concentre une grande partie de la foule, pour vous perdre dans les ruelles interminables de la ville. Lorsqu’il y a peu de monde, comme dans le quartier de Castello, peu touristique, Venise tient amplement ses promesses de romantisme et de magie. Son architecture est exceptionnelle, et malgré les petits bémols évoqués plus haut, je pense sincèrement qu’il faut voir ce lieu au moins une fois dans sa vie.

IMG_9650
Burano et ses maisons colorées
IMG_9567
San Giorgio Maggiore

Voilà, j’espère que cet article vous aura été utile, et pourra vous aider pour l’organisation d’un futur séjour à Venise. Si vous avez des questions sur les lieux visités, bonnes adresses ou autre dans la ville, j’y répondrai avec plaisir en commentaire 🙂

 

Publicités